Ce qu’il faut savoir sur l’introduction en Bourse

Il existe, outre emprunts bancaires, d’autres moyens d’investir plus efficaces telle que l’introduction en Bourse. Beaucoup de sociétés entrent en Bourse dans le but d’augmenter leur capital et de développer leur activité. Les entreprises comme Amazon, Google, Alibaba et d’autres encore sont semblablement les sociétés qui ont su tirer profit de cette méthode d’investissement. Toutefois, s’introduire en Bourse ne se fait pas sur un coup de tête ! Vous devez connaître les conditions nécessaires pour pouvoir s’y engager et assimiler les conséquences d’une telle résolution.

Principe de l’introduction en bourse (IPO)

Il s’agit d’une opération financière initiée par une société ou ses différents actionnaires, qui consiste à vendre une ou plusieurs de leurs actions sur un marché boursier. Cette opération va rendre public le capital de cette entreprise afin d’attirer de nouveaux investisseurs.

Levée de fonds

C’est la raison la plus évidente qui pousse une entreprise à entrer en Bourse. Quand une société est en bonne santé, elle cherchera automatiquement à développer son champ d’activité pour maintenir ou améliorer sa situation financière. De ce fait, en augmentant son capital à l’aide des placements de ses divers actionnaires, l’entreprise disposera de plus de fonds pour financer ses futurs investissements.

Cession de titre

En général, une entreprise à recours à la vente de titre lorsque celui-ci est jugé non stratégique. Une fois les titres acquis par un investisseur, celui-ci détiendra alors la totalité des revenus acquis sur le titre. Par ailleurs, les raisons d’une cession de titre peuvent être  :

  • la privatisation ou la nationalisation de l’entreprise
  • la vente de l’entreprise suite à un changement d’orientation ou à un arrêt d’activité
  • la réduction du taux d’endettement de la société
  • le retrait d’un actionnaire et par conséquence la nécessité d’une injection de capital par un nouvel investisseur.

Conditions d’entrée en Bourse

Les procédures

Pour entrer en Bourse, la société doit définir le type de IPO dans lequel elle souhaite s’engager. Il existe 4 types de IPO :

  • L’offre à prix ouvert
  • L’offre à prix ferme
  • L’offre à prix minimal
  • La cotation directe

Les normes

Sachez que chaque marché financier a ses propres normes et exigences. Il est donc préférable de se renseigner sur les conditions du marché boursier que vous souhaitez intégrer.

En France, l’AMF permet à une entreprise de s’introduire en Bourse à condition qu’au moins 10 % de ses titres à la Bourse reviennent aux investisseurs particuliers.

Néanmoins, un prestataire de services d’investissement (PSI) pourra vous accompagner pour que votre entreprise puisse intégrer convenablement le marché boursier.

Les avantages et risques

Une opération financière aura toujours des impacts sur l’émetteur et le récepteur. Dans le cas de l’IPO, elle aura des conséquences tant pour la société cotée en Bourse que les actionnaires.

Les conséquences positives

L’IPO permet à la société candidate d’augmenter sa capacité de financement et ainsi avoir les moyens nécessaires pour accomplir ses projets. Bien sûr, ceci n’est possible que lorsque les actions intéressent lespotentiels investisseurs.

Du côté des actionnaires, l’investissement par l’achat de titres peut revenir plus rapidement et plus valorisé. De plus, les normes et procédures garantissent la protection de leur investissement en cas de défauts majeurs.

Les inconvénients

Parmi les inconvénients de l’IPO, on constate, en premier lieu, le coût d’introduction onéreux. Il représente 5 à 10 % des fonds souhaités, ce qui signifie qu’une entreprise visant 10 millions d’euros de fonds, doit débourser entre 500 000 € et 700 000 € en sus de la rémunération des agents intermédiaires.

Par ailleurs, entrer en Bourse, c’est s’exposer au risque de marché. En effet, le flux du marché des actions varie constamment ; une forte hausse comme une baisse des cours boursiers aura un impact négatif pour la société et ses actionnaires.