La cyberassurance en entreprise : comment fonctionne-t-elle ?

La cyberassurance – ou assurance contre les risques informatiques – est une forme de couverture conçue pour protéger votre entreprise contre les menaces de l’ère numérique. Ces dernières concernent les pannes de machines, les violations de données ou les piratages informatiques  sur les systèmes  professionnels. Votre  entreprise est responsable de votre propre cyber-sécurité. Cependant, en cas d’attaque cybernétique, le fait d’avoir une bonne assurance signifie que vous n’êtes pas seul. La couverture de la responsabilité civile en matière de cyberactivité vous apportera un soutien essentiel pour aider votre entreprise à rester à flot.

Que couvre la cyberassurance ?

En cas de cyberattaque , la plupart des polices d’assurance couvrent les coûts financiers et votre  réputation. En effet,  la cyberassurance couvre votre entreprise en cas de défaillance de la sécurité du réseau, ce qui peut induire à une violation de données, une infection par un logiciel malveillant,  une cyberextorsion, une demande de rançon ou une compromission du courrier électronique professionnel. La responsabilité en matière de sécurité de réseau  inclut les coûts de première partie et de tiers.

Pour l’entreprise concernée- la première partie – la couverture comprend :

  • les frais d’enquête sur une cybercriminalité
  • la récupération des données perdues lors d’une violation de la sécurité
  • la réfection du système informatique
  • la perte de revenus encourue suite à une fermeture d’entreprise
  • la gestion de la réputation
  • les paiements d’extorsion exigés par les pirates informatiques
  • les frais de notification dans le cas où vous devez informer les tiers concernés.

Les couvertures des tiers résultent des plaintes déposées contre votre entreprise. En fait, les cyberattaques  vont générer des préjudices chez les tiers qui vont  demander une réparation à l’amiable ou dans  le pire des cas, entamer des démarches judiciaires. Ces couvertures comprennent  alors les dommages et les règlements, ainsi que le coût de la défense juridique.

Qui  peut souscrire à une cyberassurance ?

Si votre entreprise utilise, envoie ou stocke des données électroniques, vous pouvez bénéficier d’une cyberassurance. Ces données, qu’elles appartiennent à l’entreprise ou qu’il s’agisse d’informations sensibles sur les clients, sont vulnérables aux cyberattaques et aux violations de données. La cyberassurance peut vous aider à couvrir les coûts de récupération. En cas de sinistre, elle sera un élément fondamental de l’assurance des petites entreprises vu le soutien financier qu’elle offre.

Combien coûte la cyber-assurance ?

Le coût de la cyberassurance dépend de plusieurs facteurs tels que :

  • le chiffre d’affaires annuel de l’entreprise
  • le secteur d’activité
  • les caractéristiques des données traitées
  • la qualité de sécurité du réseau.

Certains secteurs sont plus vulnérables à la cybercriminalité et nécessitent  un niveau de couverture plus élevé que d’autres. La meilleure façon de savoir combien il en coûterait pour couvrir votre entreprise est de demander un devis d’assurance en ligne.

Quels sont les cybercrimes les plus courants ?

Malheureusement, même les personnes les plus douées en technologie peuvent être victimes de la cybercriminalité. Bien qu’il existe de nombreux types d’activités criminelles en ligne, il y a quelques cybercrimes courants dont il faut tenir compte :

– les logiciels malveillants : qui peuvent  s’installer dans vos systèmes par le phishing et par la vulnérabilité des logiciels. Une fois installé, ces logiciels espionnent vos activités en ligne et volent vos données privées.

– le ransomware : une variante du logiciel malveillant qui attaque votre système informatique et crypte les données. L’attaquant demande le paiement d’une rançon en échange de la restitution de ces  données.

– le piratage informatique : une tentative d’exploitation d’un système informatique ou d’un réseau privé à l’intérieur d’un ordinateur. En termes simples, le pirate ou hacker viole l’accès des systèmes de sécurité de réseaux informatiques pour subtiliser des données confidentielles, comme les mots de passe, les coordonnées bancaires et les données privées qui sont stockées sur un ordinateur.