Assurance auto : une mesure répressive ou protectrice ?

Selon la loi (loi du 27 février 1958 sur l’assurance automobile, reprise à l’article L. 211-1 du Code des assurances et à l’article L. 324-1 du Code de la route), les automobilistes doivent assurer leurs véhicules. Dès l’achat de la voiture, le nouveau propriétaire devrait déjà disposer d’une assurance.

Se protéger des préjudices financiers, grâce à l’assurance auto

Suivant les garanties proposées, les conducteurs ont l’embarras du choix parmi les différentes prestations des assureurs (couverture intégrale, partielle, minimale, etc.). Toutefois, la loi impose une couverture minimale, notamment l’assurance au tiers ou assurance responsabilité civile automobile. Ce type d’assurance couvre uniquement les dommages causés aux tiers et non ceux du conducteur, reconnu comme responsable du sinistre. Si le responsable du sinistre n’a pas été identifié, il n’y aura pas de prise en charge.

L’assurance tous risques demeure la prestation la plus complète.

Si les conducteurs veulent prendre du temps pour le choix de la formule qui leur convient le mieux, l’assurance temporaire est recommandée.

Il est possible de faire la souscription auto en ligne pour mieux comparer les prix et les services proposés.

Le défaut d’assurance étant un délit passible de lourdes sanctions (amende et peines complémentaires), être assuré présente des avantages tangibles.

Le bonus-malus en assurance auto

Ce système a été conçu pour inciter les automobilistes à adopter les bons comportements au volant. Soit ils obtiennent un bonus grâce à une suite successive de bonnes conduites pendant une année (c’est-à-dire, sans accident responsable), soit ils obtiennent un malus à l’issue d’un accident impliquant leur responsabilité. Le bonus est exprimé en réduction du montant de la prime d’assurance, tandis que le malus se traduit par une majoration.

Aussi appelé coefficient de réduction-majoration, le système du bonus-malus est appliqué à l’échéance annuelle du contrat.

Mode de calcul du bonus (coefficient de départ = 1)

Un conducteur enregistrant une conduite impeccable au bout d’une année bénéficie d’une réduction de 5 % par rapport à la prime de référence. Le calcul de la réduction de la prime s’effectue comme suit :

coefficient de l’année = coefficient précédent * 0,95, soit 1 * 0,95 = 0,95

Après 2 ans sans accident impliquant la responsabilité du conducteur assuré, il obtient un coefficient de 0,90 (arrondissement par défaut après 2 chiffres après la virgule). Au bout de 3 ans, ça diminue à 0,85 et ainsi de suite, jusqu’à un coefficient minimal de 0,50, soit une réduction de 50 % au maximum (acquise au bout de 13 ans d’ancienneté).

Concrètement, si la prime de référence est fixée à 1 000 €, elle est réduite à 950 € à l’échéance d’une année sans accident responsable (au bout d’une année de souscription).

Si un conducteur est tenu pour responsable d’un accident, il conserve son bonus à condition de bénéficier d’un coefficient maximal de 0,50 depuis au moins 3 ans. Il le perd au deuxième accident responsable.

Mode de calcul du malus

Une majoration de 25 % est appliquée pour chaque accident responsable :

coefficient de l’année = coefficient antérieur * 1,25

À chaque nouvel accident, le même taux de majoration s’applique. Arrivé à un cumul de 3,5, le coefficient n’évolue plus.

Si le conducteur est reconnu comme partiellement responsable, la majoration appliquée est de 12,5 %.

À méditer : malus trop élevé, cumulé au risque aggravé (alcoolémie, stupéfiant…), quel assureur accepterait des cas aussi désespérés ?

La solution pour les cas compliqués

Le cabinet Malus Assurances est spécialisé dans le traitement des dossiers délicats : résiliation de contrat suite à des accidents dus à l’alcool, rejet des assureurs pour non-paiement de cotisation, malus cumulé et trop élevé…

L’entreprise est au service des clients à Lons-le-Saunier, Dijon, Lille, Besançon… pour trouver des polices d’assurance rentables. Qu’il s’agisse d’assurance malus, d’assurance risque aggravé, d’assurance auto résiliée ou d’assurance auto jeune, Malus Assurances s’engage à trouver des solutions adaptées aux profils des conducteurs. Elle accompagne également les automobilistes dans toutes les démarches auprès du bureau central de tarification.

Dans tous les cas, l’assurance est la réponse aux imprévus, mais tout dépend du taux de couverture et des prestations des assureurs.